10mai

un chaos ?

  C’est enveloppé  de panique, d’inquiétude et de douleur que je prends ma plume en ce jour, âpres profonde analyse, observation et réflexion, pour offrir à des frères, à des sœurs, à des parents le fond de l’étude faite.   J’ai bien peur que le Chaos ne soit entrain de frapper à nos portes, je […]

Panafricanisme (0)

07mai

la vie.

    Au quotidien, la plupart des individus on pour expression « c’est la vie », je me pose donc réellement la question dans une intrigue profonde et un intellect dévoué de savoir ce que c’est la vie.   Apres longue réflexion et méditation, calme et lecture, avis et compréhension, je peux dire que la […]

Panafricanisme (0)

03mai

L’éducation est une arme

    L’on cherche la plupart du temps, des techniques, des méthodes, des moyens et autres systèmes supers sophistiqués pour améliorer la sécurité, le comportement, l’économie, le niveau de vie de l’Afrique. Mais on passe à coté de quelque chose de primordiale, de quelque chose de sensible, de quelque chose d’indispensable, l’on passe à coté […]

Education (0)

03mai

J’ai de l’espoir !

  J’ai pour habitude de dénoncer, d’ encourager, de me révolter pour la plupart du temps de façon indirecte ; je me suis plus d’une fois malgré mes nombreuses écritures, malgré mes nombreux textes dis qu’« en fait, rien ne changera jamais, tout sera toujours pareil, car, ceci dure déjà depuis plusieurs siècles. » mais pourquoi je vous […]

Panafricanisme (0)

19avr

L’AFRIQUE VA MAL

Ce n’est plus un sujet d’étude à remettre à demain , l’Afrique va mal. Depuis quelques jours, je reçois comme informations  les réactions épidermiques et archaïques de la part des sud-africains à l’égard de leurs frères nigérians et ghanéens. Ces mêmes gens, qui les ont soutenus, qui se sont battus à leurs côtés, qui les […]

Panafricanisme (0)

11avr

Une vie après la mort?

Du religieux à l’athée, du mystique au profane, cette interrogation anime l’intellect de tout un chacun; on se demande tous si ce n’est qu’un beau discours qui sert à dompter les consciences ou alors si c’est du sérieux, si c’est du vrai.   Il serait dès lors nécessaire voir impératif de comprendre ce qu’est la […]

Culturel (0)

09avr

Une Afrique belle pour une fois

  Je ne sais si je dois en rire ou pas; la plus part du temps par les médias, l’on peut observer des images de l’Afrique et des africains; il est soumis à notre visuel, des enfants  des hommes, des femmes,  l’environnement, la tristesse, la douleur, la souffrance.   Ce qui m’interpelle est cette récidivité […]

Panafricanisme (0)

09avr

Le naturel domine.

  Dans les secteurs agricoles, j’entends de mon oreille de profane en la matière qu’il faut des engrais pour accélérer la production de telle ou telle chose,  pour la fertilisation de telle ou telle chose… Et je me demande si les vertueuses forêts avec leurs beautés et couleurs verte ont eu besoin d’engrais pour être […]

Panafricanisme (0)

09avr

pourquoi toujours l’autre?

    Dans une enveloppe de cogitation, j’ai été transporté par un sujet qui aujourd’hui suscite de l’affolement,  des réactions, des discutions et autres. Ces deux derniers jours aux informations, je prends conscience de « la declassification des archives par la présidence française du génocide au Rwanda de 1994.  » qu’est ce qui m’intrigue?  C’est la […]

Panafricanisme (0)

06avr

l’Afrique n’est-elle pas en quête du bonheur ?

Il est un fait que l’on peut observer chez tous les êtres humains, dans toutes les civilisations, à toutes les époques et sous toutes les latitudes : l’aspiration au bonheur. Il est le nec plus ultra de tous les vœux, la promesse fondamentale du politicien convaincu, du religieux exalté, du scientifique “pur et dur”, comme du […]

Panafricanisme (0)

un chaos ?

Screenshot_2015-05-11-18-18-26-1

 

C’est enveloppé  de panique, d’inquiétude et de douleur que je prends ma plume en ce jour, âpres profonde analyse, observation et réflexion, pour offrir à des frères, à des sœurs, à des parents le fond de l’étude faite.

 

J’ai bien peur que le Chaos ne soit entrain de frapper à nos portes, je ne parlerai pas comme un homme d’église, ni comme un mystique et encore moins comme un athée. Je me demande quand est-ce que arrivera la fin de ce cycle ou encore pour certains la « fin du monde ». Je vous prie de m’excuser de développer un sujet aussi sensible, mais je pense que faire le muet face à celui-ci est une faute grave.

 

Depuis près d’un sicle, nous cohabitons avec des maux de diverses natures. Ce qui devrait nous interpeller n’est pas la présence de ces maux dans notre société en réalité, non, mais comment ils deviennent de plus en plus dévastateur, comment ils s’installent avec aisance au tour de chacun d’entre nous, comment nos familles leurs seront sujets, car Elles en souffrent Déjà.  Se sont ces points qui doivent nous  interpeller primordialement.

 

Nous avons des virus comme celui d’Ebola qui frappe avec la plus grande sévérité depuis 1976 et ayant eu pour première cible, la RDC (république démocratique du Congo) et en 2014 dans l’Afrique de l’ouest en particulier a fait des ravages ; le virus du VIH SIDA depuis 1981, ne se repose pas, il combat humanité comme un guerrier, presqu’un génocide, il a commis ; en 2004 le châtiment a trouvé refuge dans l’océan indien, le Tsunami a visité l’Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande. Mais celui-ci se déchaîne encore en 2011 au Japon ; le 25 Avril 2015, c’est le Népal qui reçoit malheureuses un séisme. Je ne pourrais mettre fin à ces écrits sans parler de la famine qui, de plus en plus s’installent dans nos société, des prophètes et églises à but très lucratif et autoproclamés dans nos cités, des pratiques inhumaines et contre nature ont trouvé des regards positifs à leur présence ; des tueries entre frères, citoyens et humains sont déjà le quotidien de nos vies, entre pouvoir, dirigeants et peuples, tout par en flammes ; La quête du bien-être au péril de la vie, les océans regorgent des cadavres d’aventuriers et effrayante est L’ampleur accentuée des groupes terroristes.

 

Si nombreux sont ces maux, que même une vie entière ne suffirait pas pour les présenter. Je me demande dans quelle direction allons-nous ? C’EST TERRIBLE. Revoyons de façon logique, bénéfique, éducative, primordiale et éthique les causes de tout ceci, le comment y mettre fin, pour donner chance à nous et nos progénitures d’être dans un monde un peu plus gaie et plus vivant.

 

 

Patrick.D Pondi

 

Click here for more info

la vie.

 

Screenshot_2015-05-08-22-42-42-1Screenshot_2015-05-08-22-43-29-1

 

Au quotidien, la plupart des individus on pour expression « c’est la vie », je me pose donc réellement la question dans une intrigue profonde et un intellect dévoué de savoir ce que c’est la vie.

 

Apres longue réflexion et méditation, calme et lecture, avis et compréhension, je peux dire que la vie peut être identifiée ou définie comme étant une vaste scène théâtrale où chaque individu en est un personnage et à la fin de sa partition quitte la scène.

 

Au demeurant, il faudrait donc faire émerger le fait qu’il ne faut pas juste faire sa partition dans la scène de théâtre mais il faut bien la faire, il ne faut forcement pas être le premier, mais être le meilleur ; que l’après vous puisse être rempli de vous aussi longtemps que possible. C’est en fait, à ce moment, que l’on puisse dire « c’est la vie ».Screenshot_2015-05-08-22-43-02-1

Patrick.D Pondi

 

 

Click here for more info

L’éducation est une arme

 

image (1)

 

L’on cherche la plupart du temps, des techniques, des méthodes, des moyens et autres systèmes supers sophistiqués pour améliorer la sécurité, le comportement, l’économie, le niveau de vie de l’Afrique. Mais on passe à coté de quelque chose de primordiale, de quelque chose de sensible, de quelque chose d’indispensable, l’on passe à coté de l’éducation.

Je suis convaincu que l’éducation est une force, une arme redoutable de construction massive face à ces forces de destructions aveugles que sont le sous-développement, la misère, le fanatisme, l’obscurantisme, le terrorisme.

C’est par l’éducation, que nous pourrons combattre et prévenir l’embrigadement des jeunes esprits par ces mouvements belligènes et mortifères, que nous pourrons combattre les discours haineux, les appels à la violence.   C’est par l’éducation, du niveau préscolaire à l’enseignement supérieur, en passant par la formation professionnelle et technique, que nous pourrons combattre l’isolement, le désœuvrement, le désenchantement de la jeunesse en lui offrant des opportunités de formation et d’insertion professionnelle, en lui offrant des opportunités de créer et de développer des activités innovantes.   C’est par l’éducation, une éducation citoyenne, que nous pouvons aider les jeunes à concrétiser, à structurer l’engagement spontané, la mobilisation toujours plus importante dont ils font preuve, en faveur de la démocratie, de l’état de droit, des droits et des libertés. C’est par l’éducation que nous pourrons aider les populations les plus démunies à sortir de la pauvreté, à sortir du mal-être.

L’éducation pour tous, oui, mais aussi l’éducation pour toutes ; toutes les études, toutes les statistiques le prouvent : si les femmes pouvaient exprimer pleinement leur potentiel, les revenus par habitant pourraient augmenter de façon considérable, et ce dans toutes les régions du Cameroun, notre cher et beau pays.

  Patrick.D Pondi

Click here for more info

J’ai de l’espoir !

image

 

J’ai pour habitude de dénoncer, d’ encourager, de me révolter pour la plupart du temps de façon indirecte ; je me suis plus d’une fois malgré mes nombreuses écritures, malgré mes nombreux textes dis qu’« en fait, rien ne changera jamais, tout sera toujours pareil, car, ceci dure déjà depuis plusieurs siècles. » mais pourquoi je vous en parle ? Pourquoi une telle confession ? Parce qu’en ce jour, mes larmes ont coulés, des larmes chaudes qui, suivies d’une chair de poule, me rendent inapte de la parole, je dirais un excès d’émotions. J’ai vu bon nombre de films, j’ai lu bon nombre de livres concernant une partie de l’histoire de l’Afrique, mais aujourd’hui, ce qui a été soumis à mon appréciation n’était pas en rapport avec l’histoire de l’Afrique, non, mais l’histoire d’une dame à la recherche de son enfant, un enfant disparu depuis longtemps mais un enfant héros.

Je fais le rapprochement entre cette histoire connue par le film Changeling  dont la fameuse mère est l’actrice américaine Angelina Jolie et mon très cher continent, le continent africain ; car je visualise l’Afrique comme une mère ayant perdue de l’énergie, des richesses du souffle, des larmes, du sourire, de la gaieté, de la joie, cette mère ayant perdue des milliers d’enfants , par des maladies et des virus créés et améliorés en laboratoires ; par des colons et l’esclavage, par leur propre incrédulité, leur naïveté et un moment de difficulté, peu importe la période. Cette femme qui, n’a pas pu retrouver son petit garçon, mais qui à la fin, a pu avoir quelque chose qu’elle n’avait pas, cette chose est l’espoir.

Triste, émouvante et en même temps édifiante est cette bouleversante histoire, car oui, elle m’a édifié, elle m’a donné de l’espoir. L’espoir de savoir qu’un jour l’Afrique sera en santé, l’espoir de savoir qu’un jour la mort de ses enfants de l’Afrique, ceux-là qui se sont battus corps et âmes, qui ont subis humiliations et souffrances, ne sera pas une mort vaines l’espoir de savoir que la jeunesse africaine un jour ne sera plus le fer de lance de leurs nations et de leur continent mais qu’elle sera le lanceur de cette lance, l’espoir de savoir que si nous sommes quittés d’esclaves à colonies et de colonies à « indépendants », le jour viendra où nous n’aurons plus juste la liberté d’être libre, mais que nous le serons et nous pourrons nous valoriser, nous, nos cultures, nos pays, notre continent, notre Afrique.

Comme le disent des lutteurs, le combat se termine quand les deux genoux sont au sol, l’Afrique n’en n’a qu’un seul, nous en sommes la preuve vivante, nous sommes son espoir, je le sais, j’en suis convaincu. Oui, en ce jour, j’ai de l’espoir, et cet espoir raisonne dans mon cœur et mon être comme des sons de harpes, comme des sons de trompettes, comme des sons de tambours, comme des sons de balafon, comme des chants de liberté.

                                                                                                                                              Patrick .D Pondi   

Click here for more info

L’AFRIQUE VA MAL

Ce n’est plus un sujet d’étude à remettre à demain , l’Afrique va mal. Depuis quelques jours, je reçois comme informations  les réactions épidermiques et archaïques de la part des sud-africains à l’égard de leurs frères nigérians et ghanéens. Ces mêmes gens, qui les ont soutenus, qui se sont battus à leurs côtés, qui les ont protégés, qui les ont accueillis lors l’apartheid qui, faisait des ravages en Afrique du Sud. L’Afrique du Sud est censé être le pays des populations arc-en-ciel. L’Afrique du Sud est censé être le pays qui condamne ce type d’agissement ; L’AFRIQUE VA MAL.

Des propos alarmants tels que ceux du Roi de la tribu Zoulou, Goodwill Zwelithi « Étrangers, faites vos bagages, retournez dans votre pays. », illustrent la situation actuelle en Afrique du Sud. Pourtant, il fut un temps où on parlait d’une rébellion des noirs face aux maitres blancs. Mais aujourd’hui on se rend compte qu’ils sont en train de se faire une guerre entre frères. Qui allons-nous encore accuser aujourd’hui ?

De ce triste questionnement se dégage de ma conscience le discours I have a dream (1963)  de l’illustre Dr Martin Luther King Jr, dans lequel il ressort des propos comme « des jeunes filles blanches et des jeunes garçons blancs vont marcher main dans la main avec des jeunes filles noires et des jeunes garçons noirs.». Ici, par une vision profondément éthique le discours prend un autre sens, Dr Luther King Jr, ne se limitait plus seulement à l’union entre une peau blanche et une peau noire, il allait Au-delà, il parlait maintenant de rendre sains les agissements et comportements en appelant ici une mentalité humaine où la conscience se fait entendre.

Quel est le message, l’enseignement et la conduite à suivre, que l’Afrique du Sud d’aujourd’hui transmet aux hommes de demain ? ; Elle fait refléter une ingratitude à nul autre pareil à l’encontre des africains, elle fait miroiter une dislocation des rapports entre africains, elle fait honte au travail abattu, aux larmes coulées, au sang versé, aux douleurs subies, à l’une  plus grandes icônes d’Afrique, à l’une des plus grandes icônes du monde qu’est Nelson Madiba Mandela, l’Afrique du Sud fait honte, l’AFRIQUE VA MAL.

J’aimerais que la chanson de Pete Seeger We Shall Overcome, ne soit plus juste une chanson, ne soit plus juste visualisée comme étant la chanson d’un peuple, mais qu’elle prenne vie, qu’elle prenne forme et qu’elle devienne universelle, dans toute société, parmi les hommes mais surtout qu’elle ne soit pas périodique mais qu’elle ait un début sans fin.

 

Patrick.D Pondi

Click here for more info

Une vie après la mort?

images-5

Du religieux à l’athée, du mystique au profane, cette interrogation anime l’intellect de tout un chacun; on se demande tous si ce n’est qu’un beau discours qui sert à dompter les consciences ou alors si c’est du sérieux, si c’est du vrai.

 

Il serait dès lors nécessaire voir impératif de comprendre ce qu’est la vie. L’on croise hebdomadairement au moins un individu qui existe physiquement (de chair) mais ne vit pas. Soit il est dans le tourbillon de la mauvaise foi ou encore muni d’une faiblesse et paresse notoire et souvent même doté d’une envie de rendre permanent un fléau qui mine la société. Cette personne existe mais ne vit pas car elle est, recouverte de stress, de panique, d’insécurité, de frayeur et autres douleurs internes et externes. La vie après la mort est cette présence dans l’esprit de tout un chacun, avec une connotation positive de l’être qui vit en soi; par un ensemble d’actions bénéfiques dans un intérêt général ou encore de simples actes juste appréciables, admirables et dynamiques; cela offre un sourire lors d’une pensée dirigée à l’endroit de la personne, cela offre du courage quand on a des réminiscences des actes éthiques ou appréciés posés par la personne ou encore de l’espoir quand on se reflète à l’illustre personnage auquel on donne vie dans nos consciences.

 

Un vieux dicton offre comme savoir  » fais toujours bien ton travail de telle sorte qu’en ton absence on puisse dire, quand il était là… » marquer les esprits d’un bon angle et de vivre de génération en génération au travers des consciences de tous.

 

Une vie après la mort est-elle possible? oui elle est possible, mais là n’est pas la question; le véritable questionnement est de savoir si tout le monde pourrait beneficier d’une vie après la mort.

Patrick.D Pondi

 

Click here for more info

Une Afrique belle pour une fois

 

William Oyono 20150125_181113Ronald Messengue 20150214_071632

Je ne sais si je dois en rire ou pas; la plus part du temps par les médias, l’on peut observer des images de l’Afrique et des africains; il est soumis à notre visuel, des enfants  des hommes, des femmes,  l’environnement, la tristesse, la douleur, la souffrance.

 

Ce qui m’interpelle est cette récidivité d’une représentation « moche » de l’Afrique et bien sûr dans la plus part des médias.

 

Il serai judicieux de presenter également l’africain sans l’arme, l’africain en bonne santé,  l’africain bien portant et pas toujours l’africain négligé parce que ceci n’est pas un rêve ceci est une réalité, il existe des Africains représentatifs et aussi bénéficiant d’une attention et éducation rêvée.

Yvette Nusta 20150316_094602images-4images-1-1

 

Ce qui, écartera de l’esprit des autres populations du monde leur conception archaïque du monde africain qui pour d’autres ( les africains ont pour lieu éducatif la forêt et y côtoient toutes les créatures qu’elle y renferme, sont surpris que l’Afrique aie internet,  que l’Afrique aie des progrès scientifiques et techniques, un certain développement rural, un mode de reflexion de savants et autres…)

IMG-20150309-WA0010Lord Ekollo 20150404_001903

 

  Patrick.D Pondi

Click here for more info

Le naturel domine.

  William Oyono 20150403_145559

Dans les secteurs agricoles, j’entends de mon oreille de profane en la matière qu’il faut des engrais pour accélérer la production de telle ou telle chose,  pour la fertilisation de telle ou telle chose… Et je me demande si les vertueuses forêts avec leurs beautés et couleurs verte ont eu besoin d’engrais pour être comme elles le sont.

L’on a tendance à oublier que le naturel reviens toujours au galop peu importe le temps qu’il prendra.   Bizarrement, l’utilisation de ces engrais détruit tout un écosystème… Après les engrais, il ya l’utilisation des pesticides et insecticides qui par leur efficacité détruisent les insectes et autres bestioles qui vivent dans nos champs; des lors le principe d’inter-echange qui y existait meurt, je prends pour exemple le battement d’ailes des abeilles qui pendant qu’elles prennent le nectar et du pollen, rependent du pollen chez certaines plantes dont les sexes mâles et femelles ne se trouvent pas dans la même plante comme le melon, ou qu’ils apparaissent à des periodes différentes de la floraison d’une même plante comme l’avocat.

L’on constate dès lors que, y s’effectue naturellement une inter-action bénéfique pour les deux parties… Ma question est donc celle de savoir pourquoi l’usage des engrais et autres produits vu que la nature fait très bien son travail?

Patrick.D Pondi

Click here for more info

pourquoi toujours l’autre?

http://patrickpondi.a.p.f.unblog.fr/files/2015/04/hard-wired.mp3images

 

 

Dans une enveloppe de cogitation, j’ai été transporté par un sujet qui aujourd’hui suscite de l’affolement,  des réactions, des discutions et autres.

Ces deux derniers jours aux informations, je prends conscience de « la declassification des archives par la présidence française du génocide au Rwanda de 1994.  » qu’est ce qui m’intrigue?  C’est la condamnation radicale de certains rwandais, africains et autres qui étiquettent de manière « facile et lache » la France d’auteur et d’acteur de l’ombre de ce génocide.

Je dois être précis et clair avant de poursuivre, je ne cherche pas à blanchir ou à trouver judicieux des actes meurtriers mais j’aimerai que quelques fois chacun d’entre nous puisse accepter le tort qui lui revient de droit.

On nous presente une terre solidaire, amour, unie, d’entente depuis des lustres mais ce qui me choque est l’introduction facile par l’ETRANGER  de la zizanie entre 2 groupes ethniques qui, vivaient dans le sérénité qui, était des frères qui, mettaient comme graines dans leurs champs de la « paix » qui du jour au lendemain succombent face aux paroles de L’ETRANGER et prennent des armes pour s’entre tuer; j’en rigole.. je pense même que soutenir la thèse selon laquelle c’est l’étranger la cause veritable de cette periode sanguine est dire entre autres haut et fort que les rwandais sont un peuples incrédules et sans grandes réflexions. Il est toujours facile de transférer nos actes péjoratifs chez autrui et se presenter comme les victimes; bien que, s’il est prouvé qje la France y est pour quelque chose, je pense que ceci serait condamnable parce que ceci éveille tellement de contradiction par rapport aux règles établies dans les rapports humains, sociaux et entre pays.

nous sommes tous coupables de ce qui nous arrivent, arrêtons de nous débarrasser de nos tares et de les laisser chez autrui car quel serait le véritable message à offrir aux prochaines générations qui sont à la recherche du vrai?

Patrick.D Pondi

Click here for more info

l’Afrique n’est-elle pas en quête du bonheur ?

http://patrickpondi.a.p.f.unblog.fr/files/2014/12/the-only-one.mp3Screenshot_2015-04-06-23-49-30-1Il est un fait que l’on peut observer chez tous les êtres humains, dans toutes les civilisations, à toutes les époques et sous toutes les latitudes : l’aspiration au bonheur. Il est le nec plus ultra de tous les vœux, la promesse fondamentale du politicien convaincu, du religieux exalté, du scientifique “pur et dur”, comme du philosophe idéaliste. C’est ainsi que depuis des temps immémoriaux se sont répandus dans le monde des modèles sociaux, des doctrines politiques, des systèmes économiques et des disciplines de vie fondés sur des croyances ou des révélations dont la finalité est d’amener l’individu et la société au bonheur… La «quête du bonheur» semble donc être l’élément moteur et le but ultime de l’existence humaine.

Dans la plupart des ouvrages de référence, le bonheur est défini comme «un état de bien-être et de félicité». Quant aux citations d’auteurs relatives au bonheur, elles sont très nombreuses. Nous n’en retiendrons qu’une seule, du philosophe Alain : «Le bonheur n’est pas le fruit de la paix ; le bonheur, c’est la paix elle même». Mais alors, comment accéder à cet état de félicité totale ? J’imagine que l’Afrique n’en connait pas le chemin.

 

                      Patrick.D Pondi

Click here for more info

un chaos ?

Screenshot_2015-05-11-18-18-26-1

 

C’est enveloppé  de panique, d’inquiétude et de douleur que je prends ma plume en ce jour, âpres profonde analyse, observation et réflexion, pour offrir à des frères, à des sœurs, à des parents le fond de l’étude faite.

 

J’ai bien peur que le Chaos ne soit entrain de frapper à nos portes, je ne parlerai pas comme un homme d’église, ni comme un mystique et encore moins comme un athée. Je me demande quand est-ce que arrivera la fin de ce cycle ou encore pour certains la « fin du monde ». Je vous prie de m’excuser de développer un sujet aussi sensible, mais je pense que faire le muet face à celui-ci est une faute grave.

 

Depuis près d’un sicle, nous cohabitons avec des maux de diverses natures. Ce qui devrait nous interpeller n’est pas la présence de ces maux dans notre société en réalité, non, mais comment ils deviennent de plus en plus dévastateur, comment ils s’installent avec aisance au tour de chacun d’entre nous, comment nos familles leurs seront sujets, car Elles en souffrent Déjà.  Se sont ces points qui doivent nous  interpeller primordialement.

 

Nous avons des virus comme celui d’Ebola qui frappe avec la plus grande sévérité depuis 1976 et ayant eu pour première cible, la RDC (république démocratique du Congo) et en 2014 dans l’Afrique de l’ouest en particulier a fait des ravages ; le virus du VIH SIDA depuis 1981, ne se repose pas, il combat humanité comme un guerrier, presqu’un génocide, il a commis ; en 2004 le châtiment a trouvé refuge dans l’océan indien, le Tsunami a visité l’Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande. Mais celui-ci se déchaîne encore en 2011 au Japon ; le 25 Avril 2015, c’est le Népal qui reçoit malheureuses un séisme. Je ne pourrais mettre fin à ces écrits sans parler de la famine qui, de plus en plus s’installent dans nos société, des prophètes et églises à but très lucratif et autoproclamés dans nos cités, des pratiques inhumaines et contre nature ont trouvé des regards positifs à leur présence ; des tueries entre frères, citoyens et humains sont déjà le quotidien de nos vies, entre pouvoir, dirigeants et peuples, tout par en flammes ; La quête du bien-être au péril de la vie, les océans regorgent des cadavres d’aventuriers et effrayante est L’ampleur accentuée des groupes terroristes.

 

Si nombreux sont ces maux, que même une vie entière ne suffirait pas pour les présenter. Je me demande dans quelle direction allons-nous ? C’EST TERRIBLE. Revoyons de façon logique, bénéfique, éducative, primordiale et éthique les causes de tout ceci, le comment y mettre fin, pour donner chance à nous et nos progénitures d’être dans un monde un peu plus gaie et plus vivant.

 

 

Patrick.D Pondi

 

Click here for more info

la vie.

 

Screenshot_2015-05-08-22-42-42-1Screenshot_2015-05-08-22-43-29-1

 

Au quotidien, la plupart des individus on pour expression « c’est la vie », je me pose donc réellement la question dans une intrigue profonde et un intellect dévoué de savoir ce que c’est la vie.

 

Apres longue réflexion et méditation, calme et lecture, avis et compréhension, je peux dire que la vie peut être identifiée ou définie comme étant une vaste scène théâtrale où chaque individu en est un personnage et à la fin de sa partition quitte la scène.

 

Au demeurant, il faudrait donc faire émerger le fait qu’il ne faut pas juste faire sa partition dans la scène de théâtre mais il faut bien la faire, il ne faut forcement pas être le premier, mais être le meilleur ; que l’après vous puisse être rempli de vous aussi longtemps que possible. C’est en fait, à ce moment, que l’on puisse dire « c’est la vie ».Screenshot_2015-05-08-22-43-02-1

Patrick.D Pondi

 

 

Click here for more info

L’éducation est une arme

 

image (1)

 

L’on cherche la plupart du temps, des techniques, des méthodes, des moyens et autres systèmes supers sophistiqués pour améliorer la sécurité, le comportement, l’économie, le niveau de vie de l’Afrique. Mais on passe à coté de quelque chose de primordiale, de quelque chose de sensible, de quelque chose d’indispensable, l’on passe à coté de l’éducation.

Je suis convaincu que l’éducation est une force, une arme redoutable de construction massive face à ces forces de destructions aveugles que sont le sous-développement, la misère, le fanatisme, l’obscurantisme, le terrorisme.

C’est par l’éducation, que nous pourrons combattre et prévenir l’embrigadement des jeunes esprits par ces mouvements belligènes et mortifères, que nous pourrons combattre les discours haineux, les appels à la violence.   C’est par l’éducation, du niveau préscolaire à l’enseignement supérieur, en passant par la formation professionnelle et technique, que nous pourrons combattre l’isolement, le désœuvrement, le désenchantement de la jeunesse en lui offrant des opportunités de formation et d’insertion professionnelle, en lui offrant des opportunités de créer et de développer des activités innovantes.   C’est par l’éducation, une éducation citoyenne, que nous pouvons aider les jeunes à concrétiser, à structurer l’engagement spontané, la mobilisation toujours plus importante dont ils font preuve, en faveur de la démocratie, de l’état de droit, des droits et des libertés. C’est par l’éducation que nous pourrons aider les populations les plus démunies à sortir de la pauvreté, à sortir du mal-être.

L’éducation pour tous, oui, mais aussi l’éducation pour toutes ; toutes les études, toutes les statistiques le prouvent : si les femmes pouvaient exprimer pleinement leur potentiel, les revenus par habitant pourraient augmenter de façon considérable, et ce dans toutes les régions du Cameroun, notre cher et beau pays.

  Patrick.D Pondi

Click here for more info

J’ai de l’espoir !

image

 

J’ai pour habitude de dénoncer, d’ encourager, de me révolter pour la plupart du temps de façon indirecte ; je me suis plus d’une fois malgré mes nombreuses écritures, malgré mes nombreux textes dis qu’« en fait, rien ne changera jamais, tout sera toujours pareil, car, ceci dure déjà depuis plusieurs siècles. » mais pourquoi je vous en parle ? Pourquoi une telle confession ? Parce qu’en ce jour, mes larmes ont coulés, des larmes chaudes qui, suivies d’une chair de poule, me rendent inapte de la parole, je dirais un excès d’émotions. J’ai vu bon nombre de films, j’ai lu bon nombre de livres concernant une partie de l’histoire de l’Afrique, mais aujourd’hui, ce qui a été soumis à mon appréciation n’était pas en rapport avec l’histoire de l’Afrique, non, mais l’histoire d’une dame à la recherche de son enfant, un enfant disparu depuis longtemps mais un enfant héros.

Je fais le rapprochement entre cette histoire connue par le film Changeling  dont la fameuse mère est l’actrice américaine Angelina Jolie et mon très cher continent, le continent africain ; car je visualise l’Afrique comme une mère ayant perdue de l’énergie, des richesses du souffle, des larmes, du sourire, de la gaieté, de la joie, cette mère ayant perdue des milliers d’enfants , par des maladies et des virus créés et améliorés en laboratoires ; par des colons et l’esclavage, par leur propre incrédulité, leur naïveté et un moment de difficulté, peu importe la période. Cette femme qui, n’a pas pu retrouver son petit garçon, mais qui à la fin, a pu avoir quelque chose qu’elle n’avait pas, cette chose est l’espoir.

Triste, émouvante et en même temps édifiante est cette bouleversante histoire, car oui, elle m’a édifié, elle m’a donné de l’espoir. L’espoir de savoir qu’un jour l’Afrique sera en santé, l’espoir de savoir qu’un jour la mort de ses enfants de l’Afrique, ceux-là qui se sont battus corps et âmes, qui ont subis humiliations et souffrances, ne sera pas une mort vaines l’espoir de savoir que la jeunesse africaine un jour ne sera plus le fer de lance de leurs nations et de leur continent mais qu’elle sera le lanceur de cette lance, l’espoir de savoir que si nous sommes quittés d’esclaves à colonies et de colonies à « indépendants », le jour viendra où nous n’aurons plus juste la liberté d’être libre, mais que nous le serons et nous pourrons nous valoriser, nous, nos cultures, nos pays, notre continent, notre Afrique.

Comme le disent des lutteurs, le combat se termine quand les deux genoux sont au sol, l’Afrique n’en n’a qu’un seul, nous en sommes la preuve vivante, nous sommes son espoir, je le sais, j’en suis convaincu. Oui, en ce jour, j’ai de l’espoir, et cet espoir raisonne dans mon cœur et mon être comme des sons de harpes, comme des sons de trompettes, comme des sons de tambours, comme des sons de balafon, comme des chants de liberté.

                                                                                                                                              Patrick .D Pondi   

Click here for more info

L’AFRIQUE VA MAL

Ce n’est plus un sujet d’étude à remettre à demain , l’Afrique va mal. Depuis quelques jours, je reçois comme informations  les réactions épidermiques et archaïques de la part des sud-africains à l’égard de leurs frères nigérians et ghanéens. Ces mêmes gens, qui les ont soutenus, qui se sont battus à leurs côtés, qui les ont protégés, qui les ont accueillis lors l’apartheid qui, faisait des ravages en Afrique du Sud. L’Afrique du Sud est censé être le pays des populations arc-en-ciel. L’Afrique du Sud est censé être le pays qui condamne ce type d’agissement ; L’AFRIQUE VA MAL.

Des propos alarmants tels que ceux du Roi de la tribu Zoulou, Goodwill Zwelithi « Étrangers, faites vos bagages, retournez dans votre pays. », illustrent la situation actuelle en Afrique du Sud. Pourtant, il fut un temps où on parlait d’une rébellion des noirs face aux maitres blancs. Mais aujourd’hui on se rend compte qu’ils sont en train de se faire une guerre entre frères. Qui allons-nous encore accuser aujourd’hui ?

De ce triste questionnement se dégage de ma conscience le discours I have a dream (1963)  de l’illustre Dr Martin Luther King Jr, dans lequel il ressort des propos comme « des jeunes filles blanches et des jeunes garçons blancs vont marcher main dans la main avec des jeunes filles noires et des jeunes garçons noirs.». Ici, par une vision profondément éthique le discours prend un autre sens, Dr Luther King Jr, ne se limitait plus seulement à l’union entre une peau blanche et une peau noire, il allait Au-delà, il parlait maintenant de rendre sains les agissements et comportements en appelant ici une mentalité humaine où la conscience se fait entendre.

Quel est le message, l’enseignement et la conduite à suivre, que l’Afrique du Sud d’aujourd’hui transmet aux hommes de demain ? ; Elle fait refléter une ingratitude à nul autre pareil à l’encontre des africains, elle fait miroiter une dislocation des rapports entre africains, elle fait honte au travail abattu, aux larmes coulées, au sang versé, aux douleurs subies, à l’une  plus grandes icônes d’Afrique, à l’une des plus grandes icônes du monde qu’est Nelson Madiba Mandela, l’Afrique du Sud fait honte, l’AFRIQUE VA MAL.

J’aimerais que la chanson de Pete Seeger We Shall Overcome, ne soit plus juste une chanson, ne soit plus juste visualisée comme étant la chanson d’un peuple, mais qu’elle prenne vie, qu’elle prenne forme et qu’elle devienne universelle, dans toute société, parmi les hommes mais surtout qu’elle ne soit pas périodique mais qu’elle ait un début sans fin.

 

Patrick.D Pondi

Click here for more info

Une vie après la mort?

images-5

Du religieux à l’athée, du mystique au profane, cette interrogation anime l’intellect de tout un chacun; on se demande tous si ce n’est qu’un beau discours qui sert à dompter les consciences ou alors si c’est du sérieux, si c’est du vrai.

 

Il serait dès lors nécessaire voir impératif de comprendre ce qu’est la vie. L’on croise hebdomadairement au moins un individu qui existe physiquement (de chair) mais ne vit pas. Soit il est dans le tourbillon de la mauvaise foi ou encore muni d’une faiblesse et paresse notoire et souvent même doté d’une envie de rendre permanent un fléau qui mine la société. Cette personne existe mais ne vit pas car elle est, recouverte de stress, de panique, d’insécurité, de frayeur et autres douleurs internes et externes. La vie après la mort est cette présence dans l’esprit de tout un chacun, avec une connotation positive de l’être qui vit en soi; par un ensemble d’actions bénéfiques dans un intérêt général ou encore de simples actes juste appréciables, admirables et dynamiques; cela offre un sourire lors d’une pensée dirigée à l’endroit de la personne, cela offre du courage quand on a des réminiscences des actes éthiques ou appréciés posés par la personne ou encore de l’espoir quand on se reflète à l’illustre personnage auquel on donne vie dans nos consciences.

 

Un vieux dicton offre comme savoir  » fais toujours bien ton travail de telle sorte qu’en ton absence on puisse dire, quand il était là… » marquer les esprits d’un bon angle et de vivre de génération en génération au travers des consciences de tous.

 

Une vie après la mort est-elle possible? oui elle est possible, mais là n’est pas la question; le véritable questionnement est de savoir si tout le monde pourrait beneficier d’une vie après la mort.

Patrick.D Pondi

 

Click here for more info

Une Afrique belle pour une fois

 

William Oyono 20150125_181113Ronald Messengue 20150214_071632

Je ne sais si je dois en rire ou pas; la plus part du temps par les médias, l’on peut observer des images de l’Afrique et des africains; il est soumis à notre visuel, des enfants  des hommes, des femmes,  l’environnement, la tristesse, la douleur, la souffrance.

 

Ce qui m’interpelle est cette récidivité d’une représentation « moche » de l’Afrique et bien sûr dans la plus part des médias.

 

Il serai judicieux de presenter également l’africain sans l’arme, l’africain en bonne santé,  l’africain bien portant et pas toujours l’africain négligé parce que ceci n’est pas un rêve ceci est une réalité, il existe des Africains représentatifs et aussi bénéficiant d’une attention et éducation rêvée.

Yvette Nusta 20150316_094602images-4images-1-1

 

Ce qui, écartera de l’esprit des autres populations du monde leur conception archaïque du monde africain qui pour d’autres ( les africains ont pour lieu éducatif la forêt et y côtoient toutes les créatures qu’elle y renferme, sont surpris que l’Afrique aie internet,  que l’Afrique aie des progrès scientifiques et techniques, un certain développement rural, un mode de reflexion de savants et autres…)

IMG-20150309-WA0010Lord Ekollo 20150404_001903

 

  Patrick.D Pondi

Click here for more info

Le naturel domine.

  William Oyono 20150403_145559

Dans les secteurs agricoles, j’entends de mon oreille de profane en la matière qu’il faut des engrais pour accélérer la production de telle ou telle chose,  pour la fertilisation de telle ou telle chose… Et je me demande si les vertueuses forêts avec leurs beautés et couleurs verte ont eu besoin d’engrais pour être comme elles le sont.

L’on a tendance à oublier que le naturel reviens toujours au galop peu importe le temps qu’il prendra.   Bizarrement, l’utilisation de ces engrais détruit tout un écosystème… Après les engrais, il ya l’utilisation des pesticides et insecticides qui par leur efficacité détruisent les insectes et autres bestioles qui vivent dans nos champs; des lors le principe d’inter-echange qui y existait meurt, je prends pour exemple le battement d’ailes des abeilles qui pendant qu’elles prennent le nectar et du pollen, rependent du pollen chez certaines plantes dont les sexes mâles et femelles ne se trouvent pas dans la même plante comme le melon, ou qu’ils apparaissent à des periodes différentes de la floraison d’une même plante comme l’avocat.

L’on constate dès lors que, y s’effectue naturellement une inter-action bénéfique pour les deux parties… Ma question est donc celle de savoir pourquoi l’usage des engrais et autres produits vu que la nature fait très bien son travail?

Patrick.D Pondi

Click here for more info

pourquoi toujours l’autre?

http://patrickpondi.a.p.f.unblog.fr/files/2015/04/hard-wired.mp3images

 

 

Dans une enveloppe de cogitation, j’ai été transporté par un sujet qui aujourd’hui suscite de l’affolement,  des réactions, des discutions et autres.

Ces deux derniers jours aux informations, je prends conscience de « la declassification des archives par la présidence française du génocide au Rwanda de 1994.  » qu’est ce qui m’intrigue?  C’est la condamnation radicale de certains rwandais, africains et autres qui étiquettent de manière « facile et lache » la France d’auteur et d’acteur de l’ombre de ce génocide.

Je dois être précis et clair avant de poursuivre, je ne cherche pas à blanchir ou à trouver judicieux des actes meurtriers mais j’aimerai que quelques fois chacun d’entre nous puisse accepter le tort qui lui revient de droit.

On nous presente une terre solidaire, amour, unie, d’entente depuis des lustres mais ce qui me choque est l’introduction facile par l’ETRANGER  de la zizanie entre 2 groupes ethniques qui, vivaient dans le sérénité qui, était des frères qui, mettaient comme graines dans leurs champs de la « paix » qui du jour au lendemain succombent face aux paroles de L’ETRANGER et prennent des armes pour s’entre tuer; j’en rigole.. je pense même que soutenir la thèse selon laquelle c’est l’étranger la cause veritable de cette periode sanguine est dire entre autres haut et fort que les rwandais sont un peuples incrédules et sans grandes réflexions. Il est toujours facile de transférer nos actes péjoratifs chez autrui et se presenter comme les victimes; bien que, s’il est prouvé qje la France y est pour quelque chose, je pense que ceci serait condamnable parce que ceci éveille tellement de contradiction par rapport aux règles établies dans les rapports humains, sociaux et entre pays.

nous sommes tous coupables de ce qui nous arrivent, arrêtons de nous débarrasser de nos tares et de les laisser chez autrui car quel serait le véritable message à offrir aux prochaines générations qui sont à la recherche du vrai?

Patrick.D Pondi

Click here for more info

l’Afrique n’est-elle pas en quête du bonheur ?

http://patrickpondi.a.p.f.unblog.fr/files/2014/12/the-only-one.mp3Screenshot_2015-04-06-23-49-30-1Il est un fait que l’on peut observer chez tous les êtres humains, dans toutes les civilisations, à toutes les époques et sous toutes les latitudes : l’aspiration au bonheur. Il est le nec plus ultra de tous les vœux, la promesse fondamentale du politicien convaincu, du religieux exalté, du scientifique “pur et dur”, comme du philosophe idéaliste. C’est ainsi que depuis des temps immémoriaux se sont répandus dans le monde des modèles sociaux, des doctrines politiques, des systèmes économiques et des disciplines de vie fondés sur des croyances ou des révélations dont la finalité est d’amener l’individu et la société au bonheur… La «quête du bonheur» semble donc être l’élément moteur et le but ultime de l’existence humaine.

Dans la plupart des ouvrages de référence, le bonheur est défini comme «un état de bien-être et de félicité». Quant aux citations d’auteurs relatives au bonheur, elles sont très nombreuses. Nous n’en retiendrons qu’une seule, du philosophe Alain : «Le bonheur n’est pas le fruit de la paix ; le bonheur, c’est la paix elle même». Mais alors, comment accéder à cet état de félicité totale ? J’imagine que l’Afrique n’en connait pas le chemin.

 

                      Patrick.D Pondi

Click here for more info

Hgwells |
VINCENT 2015 |
Je suis con ou bien... ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VICTOR OJEDA-MARI AUTEUR ET...
| Désintoxicateur
| Souslarobe